CODE DE DEONTOLOGIE

Maintenir la qualité et le professionnalisme des interventions clownesques sans limiter la créativité des artistes exige de réunir les principes de l’action du Rire à l’hôpital dans un code de déontologie.
Ainsi, la participation aux activités du Rire à l’hôpital nécessite de connaître, d’accepter et d’appliquer les principes fondamentaux énoncés dans ce code.

Article 1 : L’artiste qui intervient à l’hôpital est un professionnel engagé et rémunéré par le Rire à l’Hôpital. Il a été formé aux métiers du spectacle et bénéficie déjà d’une certaine expérience dans ce domaine. Il reçoit par le Rire à l’Hôpital une formation spécifique à l’univers hospitalier pour comprendre et respecter ce milieu et y adapter son jeu.

Article 2 : A l’hôpital, l’artiste n’accomplit que des actes qui relèvent de sa compétition artistique. Il est présent à l’hôpital pour aider les enfants et leurs familles à mieux supporter l’hospitalisation. Il manifeste par son activité que l’humour et la fantaisie peuvent faire partie de la vie à l’hôpital. Il doit être conscient qu’il intervient toujours pour améliorer le bien-être, tant des enfants et de leurs familles que de ‘équipe soignante. Il agit toujours dans le respect du travail des équipes médicales et soignantes.

Article 3 : L’artiste n’intervient jamais seul à l’hôpital, mais travaille toujours en duo avec son partenaire.

Article 4 : L’artiste est responsable de ses actes à l’hôpital. Il exerce ses interventions dans le respect de la dignité, de la personnalité et de l’intimité de l’enfant et de sa famille. Il accomplit toute ses interventions avec la même conscience professionnelle quels que soient l’origine de la personne, son sexe, sa nationalité, sa religion, ses mœurs, sa situation de famille, son milieu social, son éducation, sa maladie et quels que soient les sentiments qu’il peut éprouver à son égard. Même si son opinion est sollicitée, il s’abstient de toutes remarques qui pourrait être inadaptées, et veille à ne faire aucune allusion déstabilisante sur ses propres origines, ses mœurs, ses convictions religieuses et politiques.

Article 5 : Le secret professionnel et la confidentialité s’imposent à l’artiste. Le secret couvre ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu’il a vu, lu, entendu, constaté ou compris sur l’identité et l’état de santé des enfants. La discrétion s’impose en tous lieux : au sein comme en dehors de l’hôpital (ascenseurs, vestiaires et lieux publics, interviews et articles de presse).

Article 6 : Quelles que soient les sollicitations, l’artiste n’entretient pas de relations extra-professionnelles avec l’enfant et sa famille. Il ne doit jamais se trouver en position de confident ou ami de la famille. En cas de sollicitations répétées de la part d’une famille, il doit en parler aux responsables de l’équipe soignante.

Article 7 : Pour garantir la qualité de ses interventions, l’artiste possède, actualise et perfectionne ses connaissances artistiques (techniques de clown) et théoriques (développement de l’enfant, formation sur les pathologies, le vocabulaire médical, la douleur chez l’enfant, …)

Article 8 : L’artiste veille toujours à la sécurité de l’enfant. Il ne doit pas le mettre en position de danger par son jeu, ses accessoires, ses déplacements.

Article 9 : L’artiste respecte le règlement intérieur, les règles d’hygiène et de sécurité spécifiques au service et à l’hôpital.

Article 10 : L’artiste ne prend jamais parti lorsque des dysfonctionnements inhérent à l’hôpital, des plaintes concernant le service, des problèmes de personnel ou de gestion lui sont rapportés.

Article 11 : L’artiste n’accepte en aucun cas une commission ou un pourboire pour ses interventions. Il ne peut se livrer ou participer à aucune opération promotionnelle ni à aucune distribution d’objet et d’accessoires à des fins lucratives.

   (Reproduit avec l’autorisation du Rire Médecin)